Les grands groupes d'édition Gallimard



Gallimard

L'adresse donne également accès aux autres maisons du groupe).

En 1911 Gide et ses amis créent la Nouvelle revue française qui va devenir rapidement une des plus importantes revues littéraires françaises. Ils fondent ensuite un comptoir d’édition pour éditer les auteurs que cette revue défend et vont chercher, pour s’en occuper, Gaston Gallimard. Celui-ci prend en 1919 la direction complète de cette maison, lui donne son nom et fonde une dynastie d’éditeurs puisque les éditions Gallimard sont aujourd'hui encore dirigées par son petit-fils Antoine Gallimard et que la famille (holding Madrigal) possède 59% du capital. Cette maison aura édité pendant la majeure partie du 20 ème siècle les plus grands noms de la littérature et des sciences humaines.

Depuis 1972, date de la rupture du contrat qui le liait à Hachette, Gallimard assure grâce à ses filiales, sa diffusion (CDE) et sa distribution (SODIS). De cette rupture naît la collection de poche Folio, les titres de Gallimard ayant été jusqu'à cette date réédités dans la collection Le Livre de poche. C'est à partir de cette même année que s'est développée sa filiale Jeunesse avec une très grande réussite, sous la direction de Pierre Marchand, qui avait également mis au point la célèbre collection Découvertes.

Plusieurs maisons ont été rachetées par Gallimard : Denoël, Mercure de France. Dans ces dernières années, des prises de participation ont permis à Gallimard de contrôler POL et Joëlle Losfeld même si, dans ces deux cas, les éditeurs de ces maisons ont été gardés et qu’une large marge d’autonomie leur a été attribuée. Certains catalogues prestigieux de l’édition littéraire, ceux de l’Arbalète, de Lachenal et Ritter, ont également été repris. Enfin, en 2005, l’équipe éditoriale des éditions Verticales a rejoint les éditions Gallimard tandis qu’en 2006 ont été rachetées les éditions Alternatives (livres d’écologie pratique mais ouvrages d’architecture, sur le design, etc.). Enfin, toujours en 2006, une prise de participation de 49 % du capital des éditions Hoebeke a été réalisée. Cette dernière participation, jointe à l’entrée en diffusion (par le CDE) et en distribution (par la SODIS) de l’éditeur Steidl, renforce la position du groupe Gallimard dans le domaine des beaux livres et livres d’art.

Le groupe Gallimard a produit environ 1.450 titres (1 186 titres sous la seule marque Gallimard) en 2004 et environ 1 .700 titres (1 .321 pour la seule marque Gallimard) en 2006. Il a réalisé un CA de 265 millions d’euros en 2003 mais seulement de 221 millions d’euros en 2004, année sans nouvelle parution d’Harry Potter !


Littérature

GALLIMARD est un des grands éditeurs de littérature. Les débuts de la Nouvelle revue française remontent à 1910.

C'est notamment l'éditeur des écrivains les plus connus du 20è siècle : Gide, Proust, Martin du Gard, Valéry, Claudel, puis de Aragon, Malraux, Sartre, Camus, Saint-Exupéry, Kessel, Sarraute, Tournier, Yourcenar..., pour résumer l'élite de la littérature et de la pensée française depuis les années vingt.

Aujourd'hui, Gallimard continue d'éditer des auteurs parmi les plus renommés dans la très fameuse collection dite Blanche (sa mention apparaît sur les catalogues, mais pas sur les ouvrages) : Sollers, Kundera, Michel Tournier, Nathalie Sarraute, J.M.G. Le Clézio, Patrick Modiano, Anne Wiazemski, Daniel Pennac, Christian Bobin, Guy Goffette, Annie Ernaux, Dominique Rolin, Philippe Djian, Patrick Chamoiseau, Pascal Quignard, Philippe Delerm, sans parler des deux derniers prix Goncourt (Jean-Jacques Schuhl en 2000 et Christophe Ruffin en 2001, Jonathan Littell en 2006).

Il faudrait également ajouter que ses collections étrangères, en particulier Du monde entier, irriguent aussi la littérature française de traductions remarquables et ont permis aux écrivains français de se confronter à d’autres visions du monde et techniques littéraires (on connaît l’importance de la lecture de Dos Passos pour Sartre, ou celle de Joyce pour de nombreux écrivains contemporains, Sollers, Denis Roche, etc.).

Par ailleurs, Gallimard continue à faire paraître de la poésie (et sa collection de poche Poésie, créée en 1966, est la collection la plus diffusée pour ce genre littéraire (rééditions et inédits), tandis que dans un genre tout à fait autre, sa collection de romans policiers Série noire fait connaître les auteurs américains et anglais de référence (Hammett, Chandler, Cain, Cheyney, Chase,...) puis des auteurs français (Simonin), dont ceux du néo-polar : Manchette, Daeninckx, Vautrin, Jean-Bernard Pouy ou Thierry Jonquet ainsi que Daniel Pennac, aujourd'hui édité dans la collection Blanche. Cette collection a été ensuite doublée d’une seconde, intitulée La Noire : une collection grand format qui développe un intérêt pour des histoires pas strictement policières mais ancrées dans une réalité assez… " noire ". Aujourd’hui, Série noire n’existe plus en format de poche mais en format normal. En revanche, les titres policiers font l’objet de rééditions en Folio-policier.

D’autres collections comme Haute enfance, ou L’un et l’autre, explorent d’autres aspects de la littérature et de l’imaginaire. La première renvoie à des récits de nature autobiographique sur l’enfance des écrivains, tandis que L’un et l’autre présente « des vies, mais telles que la mémoire les invente, que notre imagination les recrée, qu’une passion les anime. Des récits subjectifs, à mille lieux de la biographie traditionnelle. »

Il faut noter que Gallimard, comme la plupart des grandes maisons de littérature générale réédite son fonds sous la forme de livres de poches, Folio réédite la plupart des titres romanesques et s’est ouvert maintenant aux policiers et à la science-fiction tandis que la collection de semi-poche, L'Imaginaire, accueille des textes plus difficiles. Cette "seconde vie" que donne aux livres le poche compte pour une part importante dans le chiffre d’affaire de Gallimard et cet élément n’est pas négligeable car il "stabilise" les résultats de cet éditeur et corrige les variables annuelles dues aux seules nouveautés. Un second élément très important de cette vie du fonds et de cette garantie financière est apportée par la Bibliothèque de la Pléiade rééditions sur papier bible et reliées des plus grands auteurs (français et étrangers) dans des éditions critiques, avec notes et variantes.

Plusieurs "départements" (issus d’éditeurs rachetés) ont une production littéraire qui défriche de nouveaux auteurs ou nouveaux domaines : L’arpenteur, Le Promeneur (Philippe Delerm), L’Arbalète, Joëlle Losfelds et depuis 2005 , Verticales.

Font également partie de la "galaxie" Gallimard : Mercure de France et Denoël.

Site Internet : http://www.gallimard.fr/ (L’adresse donne également accès aux autres maisons du groupe).

 


Mercure de France
C’est une très ancienne maison, elle aussi fondée dans la mouvance d’une revue, qui portait ce titre. Elle a publié des auteurs de premier plan, français (Léautaud, Pierre Jean Jouve, Romain Gary ) et étrangers (Séféris, Strindberg, Oscar Wilde ), et continue à en découvrir dans les domaines du roman ((Andrei Makine, Paula Jacques, Pierre Charras, Gilles Leroy pour les romans français, Louis de Bernières ou Anita Desai pour les romans étrangers), de la poésie (Yves Bonnefoy, André Du Bouchet, Alain Veinstein , Jean-Michel Maulpois, etc.), des essais.

Site Internet : http://www.mercuredefrance.fr/

Denoël
A une importante production de romans sans que ceux-ci entrent forcément dans des collections très définies (Sébastien Japrisot, Pierre Magnan, Jeanne Benameur), en particulier dans les genres du roman historique ou d'aventure (Henri Vincenot, Gilbert Sinoué, Jean-Michel Truong, Dominique Dussaussoy, René Frégni…). Il a aussi été l’éditeur d’une des plus ancienne des collections de science-fiction françaises Présence du futur, aujourd’hui en sommeil mais dont les meilleurs titres sont aujourd’hui repris en Folio. En revanche, Lunes d’encre créée en 1999 et dirigée depuis sa création par Gilles Dumay est une collection d'imaginaire (fantasy, science-fiction et fantastique) qui se veut autre, plus littéraire et plus humaniste. Y sont publiés de grands classiques (Asimov et Philip K. Dick) à côté de nouveaux auteurs prometteurs (Ted Chiang ou Laurent Kloetzer). Depuis peu, une politique éditoriale plus audacieuse semble se faire jour, tant en littérature française (Richard Morgiève, Céline Wajsbrot) que traduite (Mark Z Danielewski).
Un département Denoël Graphic s’est depuis peu rajouté. Il incarne la tendance nouvelle de la bande dessinée à se rapprocher de la littérature.
C’est enfin un éditeur de romans policiers français (Boileau-Narcejac) ou étrangers (ceux de la collection Thrillers).

Site Internet : http://www.denoel.fr/Denoel/

Joëlle Losfeld
Mêle une politique de réédition (Jean Meckert – Jean Amila, ou Albert Cossery) et de découverte : Dominique Mainard , Isabelle Rossignol, Michel Quint.
Site Internet : http://www.gallimard.fr/collections/losfeld.htm.


P.O.L
Une exigence éditoriale à l'image de celle des éditions de Minuit : Paul Otchakovski-Laurens, qui fut un temps responsable chez Hachette y avait notamment publié La vie, mode d'emploi, de Georges Perec. Indépendant depuis (mais Gallimard détient 25 % du capital), il a publié Danièle Sallenave, Emmanuel Hocquard et récemment Martin Winckler, Camille Laurens, Emmanuel Carrière, Matthieu Lindon, Olivier Cadiot, Emmanuelle Pagano, Nicolas Fargues ou Marie Darrieussecq...
C’est aussi un des rares éditeurs de cette importance à avoir une importante activité de production de textes poétiques ou de théâtre (Valère Novarina).
Site Internet : www.pol-editeur.fr  


Verticales (phase deux)
Cette maison d’édition récente était initialement dans l’orbite du Seuil.
Son équipe éditoriale, soudée autour de Bernard Wallet , en désaccord avec la nouvelle direction du Seuil-La Martinière a rejoint dès septembre 2005 les éditions Gallimard, d’abord en faisant paraître quelques titres sous le label de Phase Deux (le premier roman de Camille de Toledo, L'Inversion de Hieronymus Bosch et le cinquième d'Arnaud Cathrine, Sweet home ), puis aujourd’hui, en ayant récupéré son appellation initiale.

Elle publie des écrivains exigeants et revendiquant une écriture apte à rendre la modernité contemporaine, avec une très grande liberté formelle : François Bégaudeau, Chloé Delaume, Pierre Senges, Régis Jauffret (aujourd’hui publié directement par Gallimard), Arno Bertina, Jacques Rebotier, etc.

Site Internet : http://www.editions-verticales.com/

La Table Ronde
A d'abord publié le groupe connu sous le nom des Hussards (Nimier, Blondin, Déon...) puis Denis Tillinac (directeur littéraire), et Alphonse Boudard. Cette maison est dirigée aujourd’hui par Denis Tillinac.


Art

La collection prestigieuse L'Univers des formes, créée par André Malraux et André Parrot (une trentaine de volumes) fait l’objet aujourd’hui d’une réédition dans un format plus petit et à un prix réduit.
Mais de nombreux autres ouvrages sont aujourd'hui publiés dont certains en collaboration avec Electa, éditeur italien (par exemple la collection Documents d’architecture).


Bandes dessinées

Créé en1974 par Étienne Robial, Futuropolis, d'abord comme éditeur indépendant, puis au sein des Éditions Gallimard. Futuropolis a offert un espace de liberté et d'innovation, permettant à la bande dessinée d'aller vers des rencontres avec la littérature (Tardi illustrant Céline) et le roman graphique. Relancé en 2005, Futuropolis revient avec des auteurs tels que Blutch, David B, Nicolas de Crécy, Hirn et Brunschwig qui incarnent l’apparition d’une nouvelle BD d’auteurs, jouant de tous les genres (autobiographie, récit d’aventure, humour) et modes d’expression. Site Internet : http://www.futuropolis.fr/index1.htm
Du côté de Gallimard jeunesse, le secteur bandes dessinées est aussi en développement. La collection « Bayou » lancée en 2005 sous la diection de Joann Sfar a été depuis renforcée par la création d’une collection, « Fétiche », destinée à adapter très librement en BD des ouvrages classiques du catalogue jeunesse.


Guides touristiques

Gallimard, avec son Département Tourisme créé par Pierre Marchand (qui a également conçu la collection Découvertes) a complètement renouvelé la conception du Guide touristique : son exemple a été en partie suivi par d'autres éditeurs qui attachent désormais un grand prix à l’iconographie.
Un phénomène récent est celui des collections consacrées aux villes : en effet, les Français ont modifié dans une certaine mesure leurs habitudes de vacances; les modes de transport étant plus rapides et moins coûteux, ils partent plus fréquemment, et pour des séjours plus courts, dont beaucoup dans des villes européennes.

Guides Gallimard
Réalisation très soignée et colorée avec une priorité à l'iconographie.

Bibliothèque du voyageur
Sert davantage à la préparation du voyage car elle introduit à la civilisation et à la vie sociale et culturelle. Iconographie moins abondante que dans la collection précédente.

Collection Aller & Retour
Se veut très pratique en proposant au voyageur les 400 meilleures adresses.

Cartoville
Une nouvelle collection de guides urbains destinée aux voyageurs voulant pénétrer les "petits secrets des citadins".

Récits et carnets de voyage
Carnets de Titouan Lamazou
Carnets du littoral